La plantation d’un arbre en pot est tout ce qu’il y a de plus facile et utiliser la bonne technique de plantation augmente ses chances de reprise et de survie.

1. Manipuler L’arbre avec soin

Avant de commencer, il est important de toujours manipuler son arbre avec soin. Il est préférable de tenir le pot (plutôt que la tige) lorsqu’on veut déplacer son arbre. Ceci est particulièrement vrai pour les arbres fruitiers puisqu’ils sont souvent produits sur des porte-greffes. Ils sont donc plus fragiles.

2. Creuser Le trou

Creuser un trou aussi profond que le contenant dans lequel se trouve l’arbre. En ce qui concerne la largeur du trou, il devra être environ deux fois plus large que le contenant. Les parois du trou peuvent être inclinées.

3. Retirer délicatement le contenant

Retirer délicatement le contenant (il est préférable de le couper s’il est difficile à enlever). Si le réseau de racines est très développé (les racines ont poussé en longeant les parois du contenant, un phénomène appelé spiralisation), on conseille de faire quelques entailles dans les racines pour briser la spiralisation.

4. Frotter les mycorhizes sur le racines

Frotter une généreuse poignée des mycorhizes qui vont sont fournies par notre partenaire Myke Pro directement sur la motte de racines. Se placer au-dessus du trou afin que l’excédent de mycorhizes tombe au fond du trou.

5. Placer l’arbre dans le trou

Placer l’arbre dans le trou en s’assurant que la base du tronc arrive à la même hauteur que la surface du sol existant. Une fois l’arbre en place, le tronc doit être bien droit et les branches bien positionnées.

6. remplir la fosse de plantation

Une pelletée de terre à la fois, remplir la fosse de plantation. Entre chaque pelletée, tasser légèrement la terre fraîche avec les mains ou les pieds, de manière à retirer toutes les poches d’air.

Lors du remplissage de la fosse, il faut porter une attention particulière à ne pas recouvrir le collet de l’arbre (pour un arbre régulier) ou le porte-greffe (pour un arbre fruitier). Dans les deux cas, ces structures forment un renflement visible à la base du tronc de l’arbre.

7. Former une cuvette autour de la partie excavée

Avec le restant de terre, former une cuvette autour de la partie excavée. Cette cuvette servira à recevoir l’eau d’arrosage et à la concentrer vers les racines de l’arbre.

8. Recouvrir les rebords et l’intérieur de la cuvette d’une couche de paillis organique

Le paillis permet de mieux conserver l’humidité du sol et lorsqu’il se décompose, fournit à l’arbre des éléments nutritifs. Il est recommandé d’apposer une nouvelle couche de paillis à chaque année.

9. Remplir la cuvette d’eau et laisser l’eau pénétrer dans la terre

Tout de suite après la plantation, arroser l’arbre. Remplir la cuvette d’eau et la laisser pénétrer dans la terre.

L’ajout d’un tuteur est conseillé

L’ajout d’un tuteur est conseillé lorsque l’arbre est planté dans un endroit très venteux, sur un terrain en forte pente ou dans un lieu avec beaucoup de passage (risque d‘être accroché). Si vous décidez d’utiliser un tuteur, assurez-vous de :

• Le planter à l’extérieur de la motte (pour ne pas endommager les racines et pour assurer une bonne prise dans la terre);
• L’installer face aux vents dominants;
• D’utiliser une attache qui ne serre pas trop et le tronc;
• De le retirer après 1 an.

Mélanger du sable à la terre de plantation afin d’en améliorer le drainage

Certaines essences d’arbres fruitiers s’épanouissent mieux dans un sol bien drainé. Le type de sol dominant à Montréal étant argileux (un sol argileux se draine mal), il est souvent recommandé de mélanger du sable à la terre de plantation afin d’en améliorer le drainage. Pour la plantation d’un arbre fruitier en particulier, se référer aux caractéristiques propres à l’essence choisie.

Protéger le jeune tronc contre les rongeurs

Il est conseillé de protéger le jeune tronc contre les rongeurs, à l’aide d’une spirale de plastique blanc. Installer cette protection pour l’hiver seulement. La retirer au printemps.

Arroser régulièrement

Arroser régulièrement et généreusement pendant les deux premières années qui suivent la plantation, surtout pendant les périodes de sécheresse. Laisser la surface de la terre sécher légèrement entre les arrosages.